2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009

Back

Beaucastel
The Vintage

  • Une climatologie durant la floraison qui nécessite une attention de tous les instants.

    Le début de floraison commence dans les Côtes du Rhône méridionales le 10 juin pour les Viognier et le 15 juin dans le nord pour les premières Marsanne. Un début homogène et rapide, pendant une semaine froide et venteuse. La fin de floraison et le début de nouaison se déroulent vers le 17 juin, en pleine chaleur. Ces grandes variations climatiques, au moment de la floraison, ne sont pas sans conséquence. On constate rapidement une coulure très importante sur les grenache, importante sur les cinsault et mourvèdre et du millerandage sur la syrah.

    A l’approche de l’été, la situation est satisfaisante d’un point de vue sanitaire. Les faibles températures et le mistral ont permis de réduire les risques de contaminations dues à la forte pluviométrie. Globalement, le vignoble est sous contrôle.

  • Un été frais et pluvieux, favorisant le végétal.

    L’été s’est finalement installé les premiers jours de juillet. Les températures sont supérieures aux normales saisonnières (+1°C en moyenne sur le mois) mais avec une pluviométrie abondante et irrégulièrement répartie, ce qui a maintenu la pression parasitaire dans le vignoble, notamment l’oïdium qu’il a fallu suivre de près. Dans le Nord comme dans le Sud, on notera un épisode de grêle important sur le secteur sud du vignoble septentrional (Crozes Hermitage et St Joseph) et sur le nord du Vaucluse, à la fin du mois de juillet.

    Les conditions hydriques estivales ne permettent pas un stress suffisant pour la vigne qui continue de pousser. Début septembre, on constate encore des pousses vertes sur le haut des vignes et des grapillons qui fleurissent. Cette croissance végétative continuelle limite l’orientation physiologique de la vigne vers ses grappes, empêchant une synthèse de tanins et les multiplications cellulaires dans les pellicules. Les conditions de floraison assez fraîches ont limité également le nombre de pépins par baies, limitant proportionnellement leur contribution au potentiel tannique.

    A ce stade, le potentiel qualitatif de la récolte est intact, mais avec de faibles volumes. Plusieurs explications : tout d’abord les souches, qui ont gelé en février 2012 et n’ont pas débourré vigoureusement, aboutissant souvent à la mort du pied; ensuite une coulure importante sur le Grenache à la floraison sur l’ensemble du territoire et des conditions météorologiques qui n’ont pas permis l’arrêt de la croissance végétative de la vigne.

    La Véraison n’intervient que début août, avec 3 semaines de retard. Elle se déroulera sur près de trois semaines. L’alternance de journées chaudes et de nuits fraîches est favorable à la maturation des pellicules. Les Grenache sont très peu chargées et montrent une forte hétérogénéité, contrairement aux Syrah qui sont belles et plus homogènes.

  • Les Vendanges 2013, un véritable jeu d’équilibriste.

    Le retard constaté depuis le débourrement se confirme, les vendanges s’annoncent très tardives avec près de 3 semaines de retard par rapport à 2011. Mère Nature en 2013 nous donne une fin de saison pour vignerons au sang-froid. Une attaque tardive de mildiou mosaïque sur le haut du feuillage cherche à maintenir la pression jusqu’au bout. Puis nous subissons, sur l’ensemble de la vallée du Rhône, deux épisodes pluvieux majeurs, espacés d’une période de Mistral permettant de bien sécher les grappes, le tout combiné à des températures plutôt fraîches, ce qui ralentit l’avancée du botrytis après chaque pluie. Finalement, ces conditions plutôt favorables à la fragilisation des pellicules ont accéléré la maturation.

    Des conditions difficiles qui donnent des vins prometteurs.

    Cette année, pour les vendanges 2013, il a fallu se livrer à un véritable jeu d’équilibriste, entre la pleine maturité phénolique et la crainte croissante du botrytis. Millésime compliqué, tardif, mais dont les conditions, les équilibres analytiques et les premières dégustations rappellent des millésimes comme 1990, 1995, ou 2001.